Email:   Password:   
Inscris-toi sur le site pour profiter de plus de fonctionalités   

Photo au hasard

Skatepark Hôtel Dieu
Skatepark Hôtel Dieu
10000

Recherche


Evénements

<- September ->
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30

Kitesurf au Brésil, Carnet de Voyage - Seconde semaine 3/4


Rédigé par Fanfoue,
Publié le Monday 19 January 2009.


Samedi 10 Janvier 2009 – Grosses conditions

Aujourd'hui, nous devions aller à l'embouchure d'un rio à 8km d'Icarai sur un spot ultra flat à marée basse, mais l'absence de vent lors du petit déjeuner nous a fait réviser nos plans...On tentera d'aller demain au rio.

Vers 11h00 le vent irrégulier (grrrrrrrrr) s'est levé et les grosses vagues sont donc apparues : on a assez peu navigué.

Efrain nous a quittés dans la journée pour rentrer à Caracas, retour qui nous fait dire qu'on compte bien profiter de notre dernière semaine au Brésil !!

Papy François aura tenté de faire de la résistance : les habitudes ont la vie dure. En seulement une semaine, le coucher à 21h30 avait déjà été inscrit au rang des traditions fortement implantées.

Amandine et Etienne ont finalement eu raison de mon grand âge et nous sommes allés à la fête de la Lune dans la poussada de windsurf d'Icaraï. Heureusement qu'ils m'ont forcé la main car quelle soirée extraordinaire !

22h30 : la marée est basse, très gros coefficient, pleine Lune complète, 15 noeuds environ.

Un buggy file sur la plage avec l'équipement kite de 5 personnes, direction la plage en face de la poussada de windsurf.

Amandine et moi voyageons sur le toit; la pleine lune, magnifique, éclaire la plage.

10 minutes plus tard, nous voilà à l'eau dans un bassin naturel , « fermé » de la mer par des rochers, spot ultra flat.

Le spot est petit (150m de long * 50m de large), entouré par les rochers sur la droite, la plage est sur la gauche; au plus profond l'eau doit faire dans les 50 cm !!!

Les locaux (des gamins entre 12 et 20ans...) enchaînent les tricks, la lune se reflétant par moment sur leurs boards. De mon côté, ce ne sera que quelques petits grabs histoire de profiter du moment en toute sécurité.

Nous remballons le matos 20 minutes plus tard. Le plus dur dans cette petite aventure nocturne auront été les bords pour retourner sur la plage: autant on distinguait bien les rochers sur la droite, autant avec la Lune dans le dos, estimer la profondeur d'eau restante en se rapprochant de la plage relevait plus du hasard.

Fin de soirée à la pousada du club de windsurf.



Après une semaine, les coups de soleil
       

Grosses marées dans le village

Dimanche 11 Janvier 2009 – Lagune de Ceatanos

Le trip tant attendu est enfin arrivé !! Le vent est bien établi ce matin ! 30 noeuds en pic à l'anémomètre.

On installe tout le matériel sur le buggy et c'est parti pour le rio !! nous voilà 13 dans 2 buggys :D pour 15min de trajet.

Le spot est intéressant uniquement à marée basse : c'est alors un très grand plan d'eau totalement plat où la hauteur d'eau varie de 0cm à 1m50.

Nous avons passé toute la matinée à faire les fous et tenter des nouveaux trucs (ne pensez pas au double handle-pass s'il vous plait...) On pensait à naviguer en fakie, faire des gros jumps, grabs (indy, tail et nose oui môssieur !).

Le spot se révèle idéal pour reprendre confiance en soi après 5 jours passés dans le spot à vagues en face du club, au rio on a l'impression de vite progresser ;)))



La lagune
       

Fin de session

Lundi 12 Janvier 2009 – Lagune de Ceatanos

A la demande générale, nous sommes retournés à l'embouchure du rio, le spot est toujours aussi sympa et autant dire que nous sommes vannés après la super session...et cuit par le soleil (aie mon front...)

Pour nous trois (pour ceux qui seraient perdus : Amandine, Etienne, et François), les sauts ont pris de la hauteur. Ils avoisinent les 3m pour certains; on a pris de l'assurance dans les grabs, on commence à bien se familiariser avec le spot: on l'adore !!!.

Le soir, nous dinons chez Disney ! Il y a un restaurant sur la plage d'Icaraï qui fait vraiment penser à un décor tout droit venu du tournage de Pirates des Caraibes: tout est fait de bric et de broc, avec du bois flotté. Heureusement, le décor ne fait pas pour autant surfait ou artificiel et le dépaysement est total.

On a mangé de super langoustes, crevettes, poissons grillés péchés du jour : un délice...ultra copieux.



Ambiance bois flotté
       

mmmm...

Mardi 13 Janvier 2009 – Changement de programme

Pierre et Gaëlle - deux Nantais également à Pais-Tropical partent ce matin pour Jericoacoara (Jeri), et je me disais qu'on aurait pu bouger un peu et aller y faire un tour aussi.

Icaraï de Amontada et Pais-Tropical sont très bien mais après 10 jours sur place nous commencons à tourner en rond et un peu de nouveauté ne nous fera pas de mal. Les esprits se rencontrent car vers 10h00 Amandine me suggère elle aussi de lever les voiles. Etienne étant également partant, nous voilà partis pour un changement éclair d'organisation.

Nous étions un peu inquiets de la réaction d'Alan, étant donné que la réservation à Pais-Tropical courait jusqu'au samedi. Il a été très sympa sur ce coup-là, il nous a même filé des conseils, proposé une pousada sur Jeri, et il s'est occupé du transfert Icaraï – Jeri et Jeri – Fortaleza (pour le départ Samedi).

Une fois les derniers détails réglés, nous partons vers 15h00 pour Jeri en pick-up climatisé. Le trajet dure 2h30 et se termine par de la piste sableuse et de la plage.

Jericoara est situé dans un très beau parc naturel protégé, la ville vit du tourisme et de la fête, ambiance à l'opposée d'Icaraï.

Vous entendrez souvent parler de Préa en même temps que Jeri, Préa est le spot de kite (side) situé à 15mn de buggy de Jeri. Il n'est apparemment pas possible de kiter directement devant Jeri (windsurf et vent off) mais de nombreux transferts sont organisés entre les deux villages toute la journée. Jeri étant une ville très très touristique (uniquement ?). Il est très facile de se faire comprendre que ce soit en anglais ou en espagnol.

Jéri dispose de plus de 150 pousadas, et malgré le fait d'être encore en haute saison, nous avons trouvé assez facilement un hébergement, le premier sans charme à 100R$ la chambre pour trois, puis 180R$ dans une autre pousada avec piscine et jacuzzi.

Nous rejoignons Gaëlle et Pierre au restau « Bistroganoff ». Eux logent à Préa et ont (trop ?) vite déchanté, ils sont apparemment dans un hôtel très cher (245 R$ la chambre), soi-disant écolo et surtout avec aucune commodité pour le matériel de kite. Ils devaient rester 8 jours, ils repartiront finalement pour Icaraï demain. Il faut dire qu'Icarai a beaucoup d'arguments pour plaire...

Nous dinons donc avec eux et accompagnons Amandine toute joyeuse (...) après deux Caipi (..........) dans une petite visite nocturne de Jeri: les petites rues ensablées sont parsemées de boutiques, bars, restaurants et autres commerces à l'opposé d'Icaraï : on adore ou on déteste cette ambiance à Jeri.



Diner au Bistrogonoff
       

Ambiance buggy à Jeri

Mercredi 14 Janvier 2009 – Premier jour à Jericoara

La deuxième pousada, Villa Bella Vista, est beaucoup mieux que la précédente; nous y passons une partie de la matinée puis nous filons nous promener dans les dunes et déjeuner dans le centre ville. Après le repas à Café Brasil (bof), nous repartons nous promener sur la plage au sud de Jeri.

Il faut savoir que jusqu'à 16h00/17h30 une grosse majorité des magasins sont fermés, ils restent par contre ouverts très tard dans la nuit.

Le soir nous dinons au restaurant Carcara qui propose de très bon plats de poisson.

La poussada est un peu éloignée du centre ville (15mn à pied) mais cela se révèle un sacré avantage considérant l'activité buggy à Jeri qui démarre très tôt le matin, la nuit s'annonce très calme en perspective.



Villa Bella Vista
       

Terrain de foot

Jeudi 15 Janvier 2009 – Buggy trip Tatajuba

Nous avons réservé par le biais de la pousada un buggy (avec chauffeur, pas le choix) pour aller faire du kite à Tatajuba, un lac situé à 20km au nord de Jéri. On se réjouit par avance du lac et de son spot flat !!!

Le trajet se fait parmi les superbes dunes mouvantes et fixes du parc national, on passe notamment une lagune avec un bac, on a même droit à quelques belles descente « hors-piste » sur les dunes.

Tatajuba est certainement un spot de kite idéal quand le vent est fort et bien orienté; aujourd'hui l'orientation n'était pas top et le vent était un peu fainéant...A notre grand désarroi ! Néanmoins il y avait de quoi s'amuser...quitte à revenir a pied avec son kite. L'eau ultra flat nous a rappelé les bons souvenirs du rio à Icarai.

Jéri est à notre goût une usine à touristes plus qu'une destination sportive, de très nombreuses excursions en buggy sont organisées à Tatajuba, ce qui gâche un peu le moment sur le spot : de grosses paillottes sont installées sur le bord du lac, certaines chaises et hamacs ayant les pieds dans l'eau...Ambiance un peu de beauf attitude qui nous rebute un peu, la balade à Tatajuba valant tout de même la peine d'être faite pour le spectacle des dunes !!!

Nous dinons ce soir au restaurant « Chocolate », le meilleur de tous ceux que nous avons testé à Jéri jusque-là. Le mi-cuit au chocolat aura fait des heureux...



Atterissage limite
       

Etienne

Vendredi 16 Janvier 2009 – Jéricoacoara sans vent

La fin de saison est dans l'air, il fait très lourd aujourd'hui et le vent est totalement absent, nous n'irons donc pas rider à Préa. A la place, nous avons acheté quelques souvenirs (hamacs, tongues...).

Nous avons passé l'après midi à la pousada, piscine, préparation des bagages.

En fin d'après midi, comme des gosses nous allons jouer dans les dunes et prendre un dernier bain de mer.

Soirée barbecue brésilien à la poussada, la viande est délicieuse.



Photo de groupe
       

Jericoacoara

Samedi 17 Janvier - Retour en France

Le retour en France est vraiment le point noir de ce séjour, il aurait difficilement pu se passer plus mal. Au niveau trajet en lui même, la TAP ne nous a pas assuré la correspondance avec le second vol Lisbonne - Paris, nous avons donc dû patienter 4h00 dans la zone Duty Free de l'aéroport de Lisbonne. En compensation nous avons eu le droit à un malheureux bon restauration de 6 Euros, ayant 4h00 à patienter (du fait d'une erreur de TAP) nous avons supposé qu'on nous laisserai patienter dans le "lounge" histoire d'attendre dans des conditions acceptables, et non, ils nous ont refusé l'accès. Nous avons donc passé ces 4h00 sur les banquettes du Mac Donald. Inadmissible ...

Ajoutons à cela une intoxication alimentaire pour moi, qui ai il est vrai l'estomac fragile (probablement causé par le repas du soir à l'aéropot de Fortaleza), je n'ai pas dormi de la nuit et ai été malade à l'aéroport de Lisbonne et dans l'avion Lisbonne - Paris. Je n'avais qu'un hâte en arrivant : me coucher. Ce que j'ai fait de 18h30 à 10h30 le lendemain. Aujourd'hui (lundi) tout va beaucoup mieux.



< Précédent Suivant >
 

Creative Commons License
Lafraise.com, éditeur de bien jolis T-shirts. Valid XHTML 1.0 Transitional Valid CSS 2.0 Téléchargez Firefox Ubuntu Linux News RSS 2.0 XML Sitemap
Sauf mention contraire, le contenu de ce site est sous contrat Creative Commons.